Traitements actuels

Nous allons maintenant vous présenter les traitements actuellement proposés aux personnes diabétiques. Ceux les plus répandus sont des traitements quotidiens, mais il existe également des traitements à plus long terme, réservés aux cas les plus sévères.

Les injections d’insuline

Le traitement principal pour le DT1 est l’injection d’insuline afin de compenser l’insuffisance du pancréas à en produire. Ce traitement est quotidien et le plus souvent, le patient doit réaliser plusieurs injections sur la journée. La majorité des patients pratique 3 à 5 injections par jour, c’est donc un traitement qui demande de l’attention et de la disponibilité. Il est à vie et n’est pas curatif.

Pourquoi préférer l’injection à l’absorption orale de l’insuline ?

            L’insuline doit obligatoirement être injectée et non absorbée, car une fois l’estomac atteint, l’insuline est détruite par les sucs gastriques avant que celle-ci ne fasse effet.

Divers types d’insuline existent sur le marché, elles vont dépendre entre elles de la rapidité d’action, qui est elle-même fonction de la solubilité de l’insuline. Le choix du type d’insuline se fait avec le médecin traitant.

            Il existe :

  • Les insulines rapides dont l’effet se fait ressentir environ 35 à 60 min après l’injection et pendant 5 à 8 heures. Elles sont souvent utilisées pour apporter un pic d’insuline après un repas, pour contrôler la glycémie.
  • Les insulines intermédiaires dont l’effet commence après 2 à 4 heures après l’injection et dure pendant 10 à 18 heures environ.
  • Les insulines lentes dont l’action durera près de 24h.

Pour réaliser l’injection d’insuline, différents moyens sont mis à disposition des patients, libre à eux de choisir la méthode qu’ils préfèrent :

  • Seringue : elle est jetable et est munie d’une aiguille. Ce moyen nécessite l’utilisation de l’insuline en flacon. Toutefois son utilisation est bien moins répandue que le stylo.

    Seringue

    Seringue jetable

  • Stylo injecteur : le stylo est également muni
    Stylo

    Stylo à Insuline

    d’une aiguille. Il existe 2 types de stylo, soit le stylo dit « classique » qui est composé d’une cartouche de 3 ml d’insuline renouvelable, soit un stylo à utilisation unique, c’est-à-dire que le stylo n’est plus réutilisable dès que la cartouche est vide.

  • Pompe à insuline : c’est un petit boitier porté en permanence par le patient. Elle permet de délivrer  une dose appropriée d’insuline de façon continue, afin de couvrir les besoins en insuline. Elle est programmée par le paient pour atteindre les objectifs glycémiques. La pompe se présente comme une alternative aux nombreuses injections quotidiennes réalisées par les seringues ou les stylos.
    fr_pump_adult_no_cgm_0

    Pompe à Insuline (Source de l’image : www.medtronic-diabete.com)

    L’injection par seringue ou stylo nécessite un apprentissage. Elle doit se faire dans le tissu adipeux de l’hypoderme, entre l’épiderme et le muscle, pour une bonne absorption de l’insuline. Si l’injection se fait dans le muscle ou l’épiderme, le risque est que respectivement l’absorption se fasse trop rapidement (hypoglycémie) ou qu’au contraire l’absorption soit insuffisante (hyperglycémie). Il va donc falloir être vigilant sur la taille de l’aiguille utilisée en fonction de l’endroit de l’injection.

     

     

    insulininjektion_injektionsstellen_fr.jpg

    Zone d’injection (Source image : www.mylife-diabetescare.fr)

    Il faut également faire attention à changer le lieu d’injection de quelques centimètre, pour éviter que la zone ne gonfle.

    L’insuline à action rapide s’injecte généralement au niveau de l’abdomen tandis que celle  à action lente s’effectue généralement dans les cuisses ou les fesses pour prolonger la durée d’action.

Les greffes de pancréas

La première greffe de pancréas, en France, s’est déroulée en 1976 mais s’est soldée par un échec. Elle s’est par la suite développée dans les années 1990.

La greffe de pancréas s’adresse aux patients atteints de diabète de type 1 mais présentant des reins sévèrement touchés. Dans 90 % des cas, elle est combinée à une greffe rénale. La double greffe est réalisée à partir du même donneur cadavérique compatible avec le receveur.

Toutefois, cette intervention chirurgicale est réalisée dans le cas de patients très sévèrement atteints et reste rare. Chaque année, en France, moins de 100 greffes pancréatiques sont réalisées.

Les greffes d’îlots de Langerhans

La greffe d’îlots de Langerhans reste encore à ses débuts. Elle se présente comme une alternative aux injections d’insuline quotidiennes principalement quand celles-ci ne suffisent plus à réguler le diabète. Cependant, elle n’est pas une solution à vie. Les cellules β greffées permettent d’assurer une production d’insuline suffisante pendant au moins 3 ans, mais la réaction auto-immune reste toujours présente. La transplantation d’îlots de Langerhans est médiatisée depuis le début du XXème siècle, avec la publication des résultats obtenus par l’équipe canadienne d’Edmonton.

Les cellules des îlots de Langerhans, qui ont pour but d’être greffées aux patients, sont isolées à partir d’un pancréas d’un donneur en mort cérébrale. L’isolement des îlots est une technique précise demandant beaucoup d’attention. Pour plus d’information, nous vous conseillons la lecture de l’article disponible au lien suivant, accompagné d’une vidéo explicative (en anglais).

Une fois les cellules des îlots isolées du reste du pancréas, elles peuvent être infusées dans le foie du patient. Un cathéter est introduit au niveau de l’abdomen dans la veine porte, (grosse veine qui amène le sang vers le foie). Suite à l’infusion, les îlots vont suivre le flux sanguin pour aller se loger dans le foie, où ils vont s’implanter. Ils pourront alors sécréter de l’insuline. Cette intervention ne nécessite donc pas de chirurgie mais est accompagnée d’un traitement immunosuppresseur. Toutefois, une bonne partie des îlots ne survivent pas à l’intervention, il est donc nécessaire de la réaliser de 2 à 3 fois.

overview20-20copyright20giovanni20maki-2

Principe de l’intervention (Source image : www.mcgill.ca)

La greffe d’îlots de Langerhans est, dans les cas les plus fréquents, utilisée en association avec une greffe rénale, pour les patients sévèrement atteints. Ils subissent déjà un traitement immunosuppresseur, et cette greffe permet de préserver l’intégrité du nouveau rein.

Des études sont encore en cours afin d’améliorer l’isolement des îlots et afin de pouvoir posséder suffisamment d’îlots pour greffer un maximum de personnes atteintes du Diabète Insulinodépendant.

Date de publication de l’article:  13 avril 2016

Dernière mise à jour: 11 mai 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s